dimanche 1 juillet 2012

Alfred...


Non ce n'est pas le pingouin de "Zig et Puce". Celui ci est le squatter de ce merle qui m'enchantait il y a peu de temps encore. Prochaine "vedette" une mouette du canal, qui sait ?

10 commentaires:

Hervé SUCHET a dit…

C'est Hitchcockien en diable par chez vous.
H.S.

P.S. Vous en pensez quoi, vous, de cet "en face"?

Barbara a dit…

les merles ont plus ma préférence


à quand les grives !

Barbara a dit…

aghhhhhhhhhhh les yeux!!
j'ai zoomé!!!

vite j'appelle mon félin !

le bourdon masqué a dit…

les corvidés ont une structure sociale très élaborée, leurs aptitudes cognitives sont sans égales dans le monde de "la plume"(scribouillards inclus)Compose assez bien avec sapiens sapiens qui n'a pas la ruse du goupil pour le berner, peut s'apprivoiser tout comme la pie(qui n'est pas tarte non plus).

Pour "en face" Hervé il me faut du recul, j'y suis inclus et mon opinion est que se sont les filles qui peu à peu vont renverser la tendance. Ceci dit si la mixité sociale n'existe pas...

le bourdon masqué a dit…

pour toi Barbara.

Soupe à la corneille ou au corbeau

Ingrédients (pour 6 à 8 personnes) :




•1,2 kg à 1,6 kg de jeunes corbeaux ou corneilles

•300 g de carottes

•250 g d’oignons

•2 beaux poireaux

•100 g de navets

•1 branche de céleri

•1/2 céleri

•Clous de girofle

•2 feuilles de laurier

•Thym, persil, baies de genièvre, poivre en grain

•1 pierre, de préférence plate



Préparation :




•Plumer, flamber les oiseaux et retirer tous les abats (comestibles ou non).

•Mettre
tous les ingrédients sauf les oignons et les clous de girofle dans une
grande casserole d’eau froide (oiseaux, carottes, céleri, navets,
poireaux épluchés et coupés en rondelles ainsi que les épices et la
pierre plate) et porter doucement à ébullition (attention, il ne s’agit
pas de faire bouillir comme de la lessive mais juste de faire mijoter
amoureusement).

•Couper les oignons en deux sans les
éplucher, les piquer de 2 clous de girofle et les mettre à noircir soit
à la flamme vive, soit sur une plaque chaude (cuisinière à bois) puis
adjoindre à la marmite (c’est ce qui donnera la belle couleur brun doré
à votre préparation).

•Laisser mijoter le tout sur le
coin de votre feu pendant environ 2 heures. Pour ceux qui le désire, on
peut enlever les impuretés ou la graisse qui remontent à la surface au
fur et à mesure de la cuisson.

•Après ce laps de temps,
alors qu’une bonne odeur commencera à embaumer votre cuisine, vérifier
toutes les 10 minutes l’état de la pierre plate que vous aurez eu soin
de laver et d’adjoindre à la préparation. Le plat est prêt dès que la
pierre se met à ramollir (attendre qu’elle soit "al'dente", comme les
pâtes à l’Italienne). Rectifier l’assaisonnement et servir très chaud
avec des croûtons dorés au four…

larvette a dit…

J'aurais dit Edgar.

Barbara a dit…

ce qui est embetant c'est que j'ai pas de cuisinière en bois

plume euh flute alors ^!!



merci d'avoir tout noté anecdotes en prime


là ce soir ça me tente pas trop mais bon
je vais demander à ma moitié s'il connait

Barbara a dit…

la lessive non plus je la fais plus beaucoup bouillir!!

Barbara a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Barbara a dit…

MDR j'ai écrit "zoo"mé